L'été

L'été

Dans la presse...

Tout premier article de presse....


La Ciotat,

Elle "chuchote à l'oreille  des chiens et de leurs maîtres"

Béatrice Suzan s'est spécialisée depuis 2010 dans le comportement canin

Au cinéma, Robert Redford  murmurait à l'oreille des chevaux. Dans la vraie vie, Béatrice Suzan, elle, chuchote à "l'oreille des chiens et de leurs maîtres". Depuis quatre ans, cette ancienne comptable, membre du
Retriever club de France et de la société canine régionale,"passionnée depuis toujours par les chiens" s'est spécialisée dans l'éducation canine ("par méthode positive") mais aussi le comportement canin travaillant
notamment auprès de chiens dits dangereux. "Et j'entends par là un chien qui va  agresser sans prévenir", explique-t-elle.

"On n'éduque pas un chien par la violence ou la contrainte"  BÉATRICE SUZAN

Ses clients peuvent donc être tant un caniche nain qu'un pitbull. ''Ranger les chiens dans des catégories a eu un effet pervers faisant croire que seulement certaines races pouvaient être dangereuses", regrette-t-elle. Son rôle? "Guider les propriétaires dans la bonne attitude à avoir avec leur animal. J'agis comme une médiatrice entre les deux. Afin, qu'ensuite, le propriétaire soit capable de se débrouiller tout seul"."  Titulaire du certificat d'étude pour les sapiteurs au comportement canin et accompagnement des maîtres (CESCCAM), Béatrice Suzan intervient au domicile des propriétaires lors de "séances individuelles" d'une heure ou une heure et demie "car 80 % des accidents se produisent sous le toit familial".''Et on n'éduque pas par la violence ou la contrainte, prévient- elle. Si un maître est violent je stoppe tout". Avec les chiens, ses interventions sont basées "sur le jeu, la confiance, le respect et l'affection". Avec les maîtres et la famille, elle "guide et conseille. Je ne me substitue pas à eux. Le but à atteindre étant qu'ils soient capables de bien réagir face à diverses situations." Surtout, Béatrice Suzan rappelle que "l'agressivité d'un chien est provoquée par l'homme: par une mauvaise ou absence de sélection, par une absence ou une mauvaise socialisation (elle doit se dérouler avant les 3 mois du chiot), une absence ou une mauvaise éducation (dès l'arrivée dans la famille) ou par un dressage (dressage visant à accentuer l'instinct de prédation --mordant-- ou de conservation, apprendre au chien à attaquer lorsqu'il a peur par exemple)". Surtout, prévient-elle, "un chien c'est pour la vie et pas pour une envie". Et quitte à en choisir, allez chez "un éleveur naisseur sélectionneur  LOF ou dans un refuge, prie-t-elle les futurs acquéreurs. Un chiot né chez un éleveur, c'est de la qualité, alors qu'avec un chiot issu d'une animalerie il faut reprendre la socialisation et ensuite éduquer. C'est donc plus long". 

RL

La Provence

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire